Envoi du mail en cours
 

Reproduction

274 articles dans cet axe pathologique
3 caractères minimum
Quel est le timing optimal pour une congélation ovocytaire ?
Article Commenté
Source : Fertility and Sterility, 2015 ; 103:1551-6.
Quel est le timing optimal pour une congélation ovocytaire ?
Dr Alexandra Chiron (Clinique du Val d'Ouest - Bruges) le 30 Juillet 2015
La congélation ovocytaire sociétale : présentation d’un modèle permettant d’estimer rapidement, pour une patiente donnée, ses chances de concevoir avec et sans congélation ovocytaire préalable. Introduction  Cet article présente un outil statistique qui permet d’estimer le bénéfice, en termes de taux de naissance, que peut apporter la congélation ovocytaire sociétale, par rapport à une grossesse obtenue spontanément ou...
Lire la suite
Articles scientifiques (190)
Cas cliniques (4)
Vos patients ont lu (80)
Article Commenté
Source : Fertility Sterility 2017 ; 108:635-641.
Etude comparative concernant l'impact de la culture des embryons avec un taux d'oxygène réduit à 3,5% sur le développement embryonnaire et les issues de grossesse
Dr Alexandra Chiron (Clinique du Val d'Ouest - Bruges) le 6 Novembre 2017
Améliore-t-on les paramètres du développement embryonnaire ainsi que les issues de grossesses, lorsque la culture embryonnaire est réalisée en présence d’un taux d’oxygène réduit (O2) à 3,5% versus 5% ? Le taux d’O2 de l’atmosphère de culture des embryons a un impact direct sur leur développement et les issues de grossesse. En effet, diverses études ont...
Lire la suite
Article Commenté
Source : J Clin Endocrinol Metab. 2017 ; 102:1102-1111.
AMH et morphologie ovarienne chez 72 femmes avec hypogonadisme hypogonadotrophique isolé (HHI) ou Kallmann (KS). Effets de la FSH recombinante (FSHr) sur l'AMH, le volume ovarien et la croissance folliculaire
Dr Hélène Bry (CHIC - Créteil) le 6 Novembre 2017
Le taux d’hormone anti-müllérienne (AMH) est classiquement corrélé au compte de follicules antraux (CFA) et est donc considéré comme un marqueur du capital folliculaire. Mais est-ce vrai dans tous les cas ? La régulation de l’AMH chez la femme n’est pas complètement élucidée et sa dépendance aux gonadotrophines...
Lire la suite
Article Commenté
Source : Fertilily and Sterility. 2017 ; 108:650-658
Le syndrome d'hyperstimulation ovarienne sévère modifie la cinétique précoce des béta-hCG, mais sans affecter le devenir obstétrical et néonatal
Dr Cécile Choux (CHU - Dijon) le 6 Novembre 2017
Tandis que le rôle de l’hCG dans la genèse du syndrome d’hyperstimulation ovarienne (SHSO) est largement reconnu, la cinétique précoce des β-hCG en cas de grossesse concomitante n’a jamais été étudiée. Le SHSO est la complication la plus fréquente des techniques d’Assistance Médicale à la procréation (AMP). Certaines études ont mis en évidence une association entre le SHSO sévère...
Lire la suite
Article Commenté
Source : Fertility Sterility 2017 ; 107:397-404.
Quel est le nombre d'ovocytes optimal pour l'obtention de plusieurs naissances vivantes après un seul cycle de FIV ? Le concept du « une fois pour toutes »
Dr Emilie Derniaux (Reims) le 6 Novembre 2017
Combien de patientes infertiles parviennent-elles à obtenir une famille de ≥ 2 enfants après une seule stimulation de FIV/ICSI (transfert des embryons frais + congelés) ? De nos jours, il semblerait que le modèle familial dans les pays occidentaux se rapproche de 2 enfants par femme (taux de fécondité autour de 2 en moyenne). Dans cette optique, le nombre d’ovocytes à recueillir pour y parvenir...
Lire la suite
Mise au point
Source : MBRinfo - Actualités Octobre 2017
Déficit congénital en 21 hydroxylase. La forme non classique chez l'adolescent et la femme adulte : une mise à jour
Pr Jean-Noël Hugues (Hôpital Jean-Verdier - Bondy) le 4 Octobre 2017
Le déficit en 21 Hydroxylase dans sa forme non classique définie par les Anglo-Saxons comme « Non-classical Congenital Adrenal Hyperplasia (NCAH) », est une maladie congénitale autosomique récessive caractérisée par une hyperplasie surrénalienne associée à un excès d’androgènes. Elle peut s’exprimer chez l’enfant (puberté précoce), chez l’adolescente et la femme adulte (hirsutisme et infertilité)...
Lire la suite
Article Commenté
Source : Hum. Reprod., 2017, 32:853-859
La préservation ovocytaire pour âge : combien d'ovocytes pour quel âge ?
Dr Géraldine Porcu-Buisson (Institut de Médecine de la Reproduction - Marseille) le 4 Octobre 2017
En préservant leurs ovocytes, les patientes espèrent maintenir leurs chances de grossesses dans les années où elles souhaiteront concevoir. La question est de savoir combien d’ovocytes devraient être conservés pour obtenir au moins une naissance vivante. Actuellement il est classiquement admis que la préservation de 10 à 20 ovocytes en fonction de l’âge devrait suffire. Cependant, d’une...
Lire la suite
Article Commenté
Source : Reprod Biomed Online. 2017 ; 35(4):407-416.
Taux de naissances vivantes après sélection des embryons sur les critères morpho-cinétiques versus les critères morphologiques conventionnels : étude rétrospective
Pr Clément Jimenez (Laboratoire Eylau Unilabs - Paris) le 4 Octobre 2017
La morpho-cinétique permet-elle d’améliorer le taux de succès de la sélection des embryons par rapport à la morphologie conventionnelle ? Les taux de succès en FIV ont évolué favorablement au cours des 35 dernières années passant de 15% de naissances vivantes par ponction en 1984 à 35-60% en Angleterre en 2013 [Human Fertlisation and Embryology Authority (HFEA) 2013]. Cette évolution...
Lire la suite
Article Commenté
Source : Fertility and Sterility 2017 ; 108:498–504
Devenir obstétrical et néonatal de grossesses issues d'une culture embryonnaire dans un système time-lapse
Pr Patricia Fauque (CHU - Dijon) le 4 Octobre 2017
La culture des embryons dans un système « Time-Lapse » peut-elle avoir un impact sur le développement fœtal ? De nombreuses travaux ont comparé la technologie TimeLapse (TL, « vidéo-surveillance » du développement précoce des embryons) aux incubateurs conventionnels et ont étudié si l’analyse de la cinétique embryonnaire pouvait avoir un intérêt dans le choix des embryons à transférer...
Lire la suite
Article Commenté
Source : Human Reproduction 2017 ; 32:1402-1409
L'utilisation de fortes doses de FSH est associée à une réduction des taux de naissance après transfert d'embryons frais mais pas après transfert d'embryons congelés
Dr Isabelle Cédrin-Durnerin (Hôpital Jean-Verdier - Bondy) le 4 Octobre 2017
De fortes doses de FSH (>2500 UI) sont associées à une diminution du taux de naissance vivante de 38% après transfert frais par rapport aux cycles de transferts d’embryons congelés ultérieurs. L’objectif de l’hyperstimulation ovarienne contrôlée est la production d’un grand nombre d’ovocytes matures grâce à l’utilisation de doses supra-physiologiques de FSH. Le choix de la dose de FSH de...
Lire la suite
Article Commenté
Source : Reprod Biomed Online. 2017 ; 35(2):139-144.
Impact des taux de vitamine D sur la réserve et la réponse ovarienne des donneuses d'ovocytes
Dr Jeanine Ohl (CHRU de Strasbourg - Schiltigheim) le 23 Août 2017
Cet article étudie l’impact des taux de vitamine D sur la réserve ovarienne et la réponse à la stimulation chez des donneuses d’ovocytes. Malgré les nombreux articles publiés, l’influence de la vitamine D sur la santé reproductive reste ambiguë. Le meilleur marqueur du statut en vitamine D serait le dosage de la vitamine biodisponible. Les auteurs ont mené cette étude...
Lire la suite
QCM (première page)
Aménorrhée secondaire : difficultés diagnostiques
Pr Carmen Vulpoi (Université de Médecine et Pharmacie Iasi) le 8 Janvier 2003
C. Vulpoi, H. Fierrard, P. Lecomte I. Melle C M, née le 9/11/1983, est adressée en décembre 2001 par son MG pour aménorrhée secondaire depuis 11 mois (ménarche à 12 ans, cycles réguliers, règles peu abondantes) sans réponse au Duphaston (trois fois négatif) et amaigrissement (11 kg en 1 an) Antécédents et mode de vie : - arrêt des études après la 3e en octobre...
Lire la suite
Cas Clinique
A propos d’une aménorrhée secondaire…
Pr Philippe Touraine (GH Pitie Salpetrière - Paris) le 29 Novembre 2001
Cas clinique proposé par Philippe Touraine, N. Massin, Service d'Endocrinologie et Médecine de la Reproduction, Hôpital Necker Madame B. d’origine antillaise, âgée de 36 ans, est adressée dans le service pour exploration d’une aménorrhée secondaire depuis 9 mois. Dans ses antécédents, on note une pathologie rénale complexe, révélée 3 ans plus tôt par une insuffisance rénale aiguë sévère, avec hématurie macroscopique. Le diagnostic de néphropathie glomérulaire a été porté devant l’existence d’une protéinurie à 1,8 g/24h avec des facteurs...
Lire la suite
Cas Clinique
Hirsutisme d'apparition récente
Pr Didier Dewailly (Hôpital Jeanne de Flandre, CHU - Lille) le 28 Mai 2001
Cas clinique proposé par Didier Dewailly, Lille Une femme de 33 ans est adressée pour le bilan d'une aménorrhée secondaire dans un contexte de surcharge pondérale et de diabète non insulino-dépendant. L'interrogatoire et l'examen mettent en évidence un hirsutisme d'apparition récente. Un bilan hormonal est réalisé, retrouvant des stigmates d'hyperinsulinisme et une élévation franche de la testostérone (1,67 ng/ml), de la delta 4 androsténedione (2,85 ng/ml) et de la 17 hydroxyprogestérone (17 OHP) en base (14,9 ng/ml). Ce bilan est alors complété par un test au...
Lire la suite
Cas Clinique
Hydrocéphalie
Pr Philippe Touraine (GH Pitie Salpetrière - Paris) le 4 Mai 2001
Cas clinique proposé par Philippe Touraine, Service endocrinologie & médecine de la reproduction (Hôpital Necker, Paris) Il s'agit d'une patiente de 29 ans qui a consulté pour une aménorrhée secondaire, survenue à l'arrêt de sa contraception orale, 8 mois auparavant. Elle a eu ses premières règles à l'âge de 15 ans, avec l'installation d'une spanioménorrhée primaire. Elle a débuté une contraception orale à l'âge de 20 ans arrêtée donc quelques mois avant de consulter dans le service. Sur le plan clinique, la patiente se plaignait de céphalées matinales depuis...
Lire la suite
Vos patients ont lu
Source : MBRinfo - Actualités Novembre 2017
« Les tests d'ovulation sont-ils fiables ? »
le 6 Novembre 2017
C’est ce que se demande Le Télégramme, qui remarque que « plusieurs marques proposent des tests destinés à connaître la période du cycle la plus propice à la fécondation et ainsi optimiser ses chances de tomber enceinte. Que faut-il en penser ? ». Le journal indique ainsi que « l’efficacité des tests d’ovulation vendus en pharmacie ou sur internet repose sur leur capacité à doser le taux d’hormone lutéinisante...
Lire la suite
Vos patients ont lu
Source : MBRinfo - Actualités Novembre 2017
« Fertilité de la femme : comment évolue-t-elle avec l'âge ? »
le 6 Novembre 2017
Médisite rappelle que « l’âge est un facteur fondamental à prendre en considération lorsque l’on évoque la fertilité d’une femme. Dès 35 ans, certaines sont confrontées à des problèmes de fécondité. Aussi, lorsque bébé tarde à venir, on se pose inévitablement la question suivante : comment tomber enceinte rapidement ? Avant toute chose, il est indispensable de connaître l’évolution classique de la fertilité en...
Lire la suite
Vos patients ont lu
Source : MBRinfo - Actualités Novembre 2017
« Le sommeil, clé de la fertilité masculine »
le 6 Novembre 2017
Top Santé indique en effet que « le manque de sommeil nuit à la fertilité masculine, selon les résultats d'une étude publiée dans la revue médicale Journal of Sleep Research », relevant que « les nuits de 7 heures seraient excellentes pour la qualité des spermatozoïdes donc la fertilité masculine ». Le magazine explique que « des chercheurs de l'Université de Chongqing (Chine) ont étudié 2020 échantillons...
Lire la suite
Vos patients ont lu
Source : MBRinfo - Actualités Novembre 2017
« Spermogramme et spermocytogramme : les examens de fertilité chez l'homme »
le 6 Novembre 2017
Médisite indique que « lorsqu’un couple ne parvient pas à concrétiser son désir d’enfant au bout d’une ou deux années, un bilan de fertilité est souvent préconisé. Chez l’homme, le spermogramme et le spermocytogramme constituent les deux tests de référence ». L’article explique « en quoi consiste le spermogramme » : « Cet examen d’exploration de la fertilité masculine permet...
Lire la suite
Vos patients ont lu
Source : MBRinfo - Actualités Octobre 2017
« Infertilité : l'acupuncture pour tomber enceinte ? »
le 4 Octobre 2017
Médisite observe en effet : « Des séances d’acupuncture contre l’infertilité ? L’idée peut sembler surprenante, mais dans certains cas, l’acupuncture pourrait effectivement booster la fertilité chez la femme comme chez l’homme… ». L’article explique qu’« en cas d’infertilité fonctionnelle, l’acupuncture est souvent conseillée. On parle d’infertilité fonctionnelle quand aucune pathologie n’est en cause....
Lire la suite
Vos patients ont lu
Source : MBRinfo - Actualités Octobre 2017
« Infertilité masculine. Des cellules pour défendre les spermatozoïdes dans les testicules »
le 4 Octobre 2017
Le Télégramme fait savoir que « deux types de macrophages testiculaires viennent d’être caractérisés par des chercheurs du CNRS. Ils ont ainsi pu établir l’origine, le développement et les mécanismes de ces cellules immunitaires. Cette découverte fondamentale permettra à l’avenir de mieux comprendre certains cas d’infertilité masculine et d’envisager de nouveaux traitements ». Le journal rappelle ainsi que « dès les premiers...
Lire la suite
Vos patients ont lu
Source : MBRinfo - Actualités Octobre 2017
« Quelle différence entre stérilité et infertilité chez la femme ? »
le 4 Octobre 2017
Médisite remarque que « les deux termes, stérilité et infertilité chez la femme, sont synonymes. Cependant, ils sont sensiblement différents. Alors, qu'entend-on exactement par stérilité et infertilité féminine ? ». L’article explique que « dans le cas de la stérilité, il ne peut y avoir de grossesse, car il n'y a pas de fécondation entre le spermatozoïde et l'ovule. À l'inverse, dans l'infertilité, il y a bien...
Lire la suite
Vos patients ont lu
Source : MBRinfo - Actualités Août 2017
« Un boxer anti-ondes pour protéger la fertilité masculine »
le 23 Août 2017
Boursorama observe sur son site qu’« une étude publiée [en juillet] a dressé un constat alarmant sur la baisse du nombre de spermatozoïdes chez les hommes vivant dans les pays occidentaux. Un phénomène qui serait notamment lié aux ondes émises par les smartphones ». L’article explique que « ce fléau, la start-up Spartan veut l’éradiquer. Grâce à des fibres d’argent incorporées au coton...
Lire la suite
Vos patients ont lu
Source : MBRinfo - Actualités Août 2017
Fertilité masculine en berne : « Les perturbateurs endocriniens ont une incidence »
le 23 Août 2017
Le Figaro note également que « la qualité du sperme des Occidentaux a chuté de moitié ces 40 dernières années, [selon une étude parue dans Human Reproduction]. Leur concentration dans un millilitre de sperme a suivi la même tendance. Selon les chercheurs, ce phénomène serait lié aux perturbateurs endocriniens, ces substances chimiques que l’on trouve dans les pesticides, qui dérèglent...
Lire la suite
Vos patients ont lu
Source : MBRinfo - Actualités Août 2017
« Une nouvelle piste pour vaincre l'infertilité génétique masculine »
le 23 Août 2017
Le site d’information de France Télévisions rappelle que « notre sexe est déterminé par les chromosomes sexuels X ou Y. Généralement, les filles ont deux chromosomes X (XX), les garçons, eux, ont une paire XY. Pourtant, près d'un garçon sur 500 nait avec un chromosome X ou Y supplémentaire. Avoir 3 chromosomes sexuels au lieu de 2 peut interférer dans la formation de spermatozoïdes...
Lire la suite